"La vie professionnelle est souvent pressée, brutale et traumatisante. L'association a conçu un environnement qui facilite la récupération, c'est à dire qui va permettre aux résidents de récupérer plus agréablement et plus rapidement. La pire façon de récupérer consiste à rester cloueé(e) sur un canapé en regardant la pluie de l'hiver tomber par la fenêtre; nous proposons donc une immersion dans un univers proche de la nature et ouvert sur l'extérieur qui va inciter les personnes affectées par un burn out à retourner vers des activités d'abord solitaires et anodines puis au fil du temps plus implicantes. Au fil de ce parcours ponctué par des temps de régulation et des entretiens individuels les stagiaires reconstituent l'estime d'eux-mêmes et leur potentiel d'interaction sociale..."

Un cycle de récupération complet

Accompagnés par un coach, une psy et une équipe de professionnels de santé, d'éducateurs sportifs

Avant de partir

La phase de départ nécessite souvent d'être accompagné pour s'organiser et mener à bien les démarches nécessaires. Vous ferez d'abord un bref bilan de votre situation, nous aurons l'occasion de discuter de vos objectifs et même de les écrire noir sur blanc. Vous pouvez venir avec votre véhicule mais nous pouvons aussi venir vous chercher (en région parisienne) avec vos bagages et vous aider à vous installer dans les meilleures conditions possibles

Sur place

La vie sur place  est régulière conviviale et apaisante. Il faut quelques jours pour trouver toute sa place et ses marques au sein du groupe. Passé cet investissement nécessaire, le groupe sera un puissant véhicule qui vous fera parcourir le chemin de la résilience plus agréablement et plus rapidement que dans la solitude de votre domicile. Les journées sont rythmées par différentes activités auxquelles vous pouvez choisir de prendre part : marche de randonnée, aquagym,méditation, cours de cuisine healthy, ateliers d'écriture. Des temps de parole quotidiens sont prévus pour la régulation du groupe. 

Préparer l'après

Un burn out occasionne sept à dix mois d'arrêt de travail. Un jour, il faut quitter la zone de confort chaleureuse du groupe pour retourner vers la créativité mais sur la base d'un rapport au travail renouvelé et peut-être aussi d'un projet professionnel adapté. Au fil des entretiens individuels, les résidents sont accompagnés dans l'émergence d'un projet de retour vers l'emploi réaliste et réalisable.

 

 

La vie quotidienne, les activités et le parcours

Remise en forme : la marche nordique et les activités nautiques (aqua gym, natation, balnéothérapie) mais aussi la pratique des pilates et les activités physiques en général tiennent une place importante dans le parcours de remédiation. Avec le burn out, l'hygiène de vie s'est dégradée, des déséquilibres se sont installés. La vie au vieux presbytère est une bonne occasion pour reprendre l'habitude de s'occuper de son corps.

Suivi médical : pendant le séjour, on a le temps (et on est vivement incité) à faire un bilan de santé complet et à voir les spécialistes pertinents pour entreprendre les soins parfois nécessaires. C'est le moment pour traiter une dent qui vous fait souffrir, perdre (ou reprendre....) quelques kilos, faire baisser votre taux de cholestérol ou de diabète ou d'entreprendre un sevrage tabagique (le centre est en contact avec un très bon addictologue).

Ateliers nutrition : une attention particulière est portée à l'alimentation dans la mesure où l'équilibre alimentaire a souvent été perturbé. La composition des menus, les achats d'approvisionnement, la préparation et la prise en commun des repas constituent l'un des temps forts de la vie collective, celui qui cimente la convivialité du groupe. Une diététicienne intervient ponctuellement pour répondre aux questions.

Parcours culturel : la lecture et les ateliers d'écriture sont des activités propices à la récupération active. Le groupe visionne deux films chaque semaine et des débats sont organisés. Une participation ponctuelle à la vie culturelle et aux fêtes locales permet d'apporter une ouverture sur l'extérieur dont les résidents peuvent profiter à leur rythme.

Contact avec la nature : le travail n'est pas seul en cause en cas de burn out, la vie urbaine porte aussi sa part de responsabilité. Pour beaucoup de résidents qui viennent de la ville, les séjours sont une occasion de découvrir un univers radicalement différent dans lequel l'observation de la nature et les activités d'extérieur tiennent une place privilégiée.

Bilan de compétences : lorsque les résidents atteignent un certain niveau critique de résilience, la pratique du bilan de compétences est un outil privilégié pour préparer l'avenir. Une occasion de se poser des questions à forte valeur ajoutée : quelles erreurs ne pas refaire, quels sont les environnements de travail à privilégier, quels projets de changement peuvent être mis en oeuvre.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© La clinique du burn-out

Appel

Email